"Emmène-moi danser dans les dessous des villes en folie"

Publié le par Yann-Vari

Tout s'accélère.

 

En une semaine, c'est comme si Valparaiso avait d'un seul coup daigné m'ouvrir ses bras.

Valpo. Je vais finir par croire que tout ce qu'on dit sur toi est vrai.

Valpo, ou la ville qui s'offre à l'étranger, l'âme Bohême, progressivement, telle une fleur qui éclot quand vient le printemps.

 

Printemps. Celui-ci approche. Nous n'avons pas encore quitté l'hiver que la ville commence à s'animer. Ville d'art et de musique. La musique (la vraie, avec des musiciens, des vrais !) est partout : dans la rue, dans les bars, dans les restaurants et dans les sous-sols. Et aussi chez moi, puisque Romain m'a sollicité pour jouer de la bombarde pour un festival qu'il organise avec sa fac.

On va essayer d'être à la hauteur.

 

Que dire sur cette semaine ? Beaucoup de chose.

J'aimerais vous parler de la "okupa" (squat) que j'ai visitée, dans laquelle j'ai vécu l'espace de quelques heures. Au milieu d'une trentaine d'étudiants pauvres  et anarchistes.

J'aimerais vous parler de la Isla Negra, la maison préférée de Pablo Neruda ou trône un superbe tableau représentant le port de Brest.

J'aimerais vous parler de mes amis chiliens, de plus en plus nombreux.

J'aimerais vous parler de ma journée d'hier qui m'a fait prendre conscience que j'aurais du mal à quitter cette ville.

 

Il y a des jours comme ceux-là où l'on se dit que regretter son pays pourrait vous sauver au moment du départ.

Il y a des jours comme ceux-là où le mal du pays devient une utopie.

 

 

Pour ne pas m'éterniser je vous résume ma journée d'hier.

 

Levé à 10h30 avec une gueule de bois pas possible. Dormir davantage n'aurait pas été superflu, mais j'avais fait une promesse à un Chilien. Et un promesse ça se tient. La veille dans un élan d'euphorie je lui avais dit "Demain, à 11h, allons courir !".

A 11h45, me voilà parti en compagnie de Diego à travers les cerros de Valparaiso pour une super virée d'une heure et demie.

Après, "Et si on mangeait quelque chose chez moi, avec une bière bien fraîche ?" m'a-t-il proposé. Et finalement, avec un autre Chilien francophile et francophone autodidacte nommé Mauricio, et deux autres Français (Antoine et Margaux), le repas rapide s'est transformé en une après-midi entière autour d'une paella délicieuse.

 

Dois-je préciser que j'ai bien sûr oublié d'aller en cours ? Qu'importe ! La "U" et moi on s'aime pas trop. Aujourd'hui elle fera sans moi !

 

Après être rentré pour bosser et se donner bonne conscience, voilà que Malik m'invite à aller boire un verre avec deux Chilienne qu'il a rencontré via CouchSurfing.

 

Allez, merde ! Allons-y ! De toute façon je suis là pour rencontrer des gens, et cette opportunité-là est bonne à prendre !

 

Un bar, deux bars. On est rejoint par Bruno, Diego, Mauricio et Antoine.

 

Puis dans une fête organisée par "el Aeropuerto" (la fac d'arts de la UPLA), dans un sous-sol obscur du Plan de Valpo, avec un super groupe de Ska. (vous comprenez maintenant mon choix de musique !) Les lumières s'allument, le spectacle est terminé. "Où voulez-vous aller ?" demandent Camilla et Gabriela, nos deux Couchsurfeuses chiliennes. Maka, une amie Chilienne de Bruno et Malik, nous entraine à la Mascara, une boîte de musique alternative juste en bas de chez moi.

 

A peine le temps de commencer à s'amuser que les lumières s'allument. La boîte ferme, il est 3h30 du matin...

 

Quoi déjà ?!

 

Et finalement, la soirée se termine en chantant du Brel, du Servat et du Aznavour dans les rues et à parler politique à six (Bruno, Camilla, Gabriela, Maka, Malik et moi) dans les escaliers sinueux de Valpo.

 

Quand je finis par rentrer chez moi il est 5h30.

 

"Il est cinq heures, et je n'ai pas sommeil".

Et moi qui voulais bosser.

 

 

La-Isla-Negra-028.JPG

 

 

Publié dans Vivre à Valpo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
<br /> Quelle plume! Jb serait presque fier, une année de labeur qui a laissé ses traces! Ces quelques lignes donnent bien envie de venir visiter le Chili.<br /> <br /> <br />
Répondre
Y
<br /> <br /> Oh, mais viens alors ! Je te le ferais découvrir avec plaisir ! Mais il faut que tu me donnes de tes nouvelles quand même !<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> C'est toujours un plaisir de te lire JM. Et ça l'est d'autant plus quand on voit à quel point ton quotidien te permet de t'épanouir chaque jour davantage.<br /> Je te suis régulièrement et compte bien continuer à vivre virtuellement tes aventures.<br /> <br /> Continue de bien profiter de tout ce qui arrive...<br /> <br /> Bien à toi,<br /> <br /> Maxime<br /> <br /> <br />
Répondre
Y
<br /> <br /> Merci pour ce message, Maxime, il m'a bien fait plaisir !<br /> C'est sûr que je commence à prendre conscience que l'année à l'étranger est vraiment une chance unique pour vivre autre chose, nouer d'autres relations, etc. Je crois que tu as trouvé le mot :<br /> c'est vraiment le pied pour "s'épanouir".<br /> <br /> <br /> Donne-moi aussi de tes nouvelles. J'espère que tu vas apprécier ta deuxième année à Rennes.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Que te vaya bien ! :)<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />