Putain, on est entourés d'Incas ! (notes de mon Carnet de Voyage IV)

Publié le par Yann-Vari

21/12/2010 - Terminal de Cuzo, bus pour Puno - asiento 5 (côté fenêtre) - 22H

 

Me voilà sur le départ de Cuzco pour Puno, ce qui devrqit être ma dernière escale péruvienne avant la frontière.

 

Je crois que Clara, Laurène et moi méritons humblement la distinction de routards purs et durs. En deux semaines et près de 70h de voyage en bus, nous avons rejoint ce qui devait être le théâtre de nos séparations (parfois je me dis que je devrais faire poête ^^) : la ville millénaire de Cuzco, "Rome des Incas". Il a fallu sacrifier des heures de sommeil dans de potentiels lits douillets en faveur d'inconfortables voyages de nuit - au milieu des chiards, ronfleurs (hein, Laurène ?) et autres amateurs de technologies bruyantes - et de nuits serrés à trois avec sacs et valises dans une tente bas de gamme. Niveau rythme de vie d'étudiants économes nous avons parfois fait des merveilles : ici je dois faire l'éloge de l'autorité naturelle de Clara (au chauffeur de taxi : "Quoi 7 soles [2€] ? C'est 5 soles un point c'est tout !"). Voilà pour ce qui est de l'aventure. On n'est plus à l'époque de Che, mais manger dans une cantine bien-bien populaire qui n'a jamais vu de jeunes européens de son existence, a aussi son charme.

 

IMG_7746.JPG

 

C'est peut-être au niveau de l'authenticité que cela se gâte. Partons du positif : nous avons découvert une ville géniale, Arequipa. Jeune, dynamique, belle, populaire et riche à la fois, vivante... Une ville qui rappelle Rennes par moments, mais aussi Nantes par ses bars tranquiles et classes tout en restant chaleureux. Pas de bars à touristes : om y est comme les autres, étudiants, entre copains - à la différence que nous sommes juste de passage. C'est une ville où on resterait bien une semaine et que j'ai quittée avec un picotement au coeur.

 

IMG_7690.JPG

 

IMG_7681.JPG

 

Il faudrait que je vous parle de l'excursion à la vallée de Colca. Départ à 2h du matin, la tête toujours dans le cul après 4 petites heures de sommeil, dans un minibus rempli d'étrangers. Ouais on a un peu pris le programme 3e âge quand même, parce qu'on avait pas beaucoup de temps. Bus, pause photos, étales à touristes, bus, pause photos, etc. "M'enfin m'dame Chabot", vous savez, je crois que l'on a pris goût au bus à la longue (humour). J'avoue qu'on y a perdu un poil en authenticité : le "full tour" c'est un peu la kermesse à touristes venus guetter le condor - qui ne s'est évidemment pas montré à nous... Mais ça en valait le coup. Ok, on a pas vu le condor voler, mais la vallée est magique, recouverte de terrasses datant de l'époque préinca (plus de 1000 ans !) toujours utilisés et exploités par les cultivateurs locaux. En traversant la vallée (en bus, naturellement) auelle ne fut pas pas mon émotion en reconnaissant ans ces terrasses, les murets de pierre sur la côte de Kerdoualen... ceux qui n'ont pas d'âge et qui, d'après mamie,  auraient été bâtis par ces énigmatiques personnages que sont "les Anciens". Et voilà à me reconstruire mentalement la vie d'autrefois à Moëlan : ces Péruviens sont un peu comme mes ancêtre qui travaillaient la terre au bord de la falaise, dans un contexte ici beaucoup beaucoup plus impressionant, bien sûr...

 

IMG_7773.JPG

 

Mais s'il y a un coup de gueule à faire, c'est envers Cuzco. Ma mère m'avait conseillé d'y aller, alors j'ai poussé le voyage un peu plus loin... J'ai eu l'impression d'être dans une station balnéaire à 3300m d'altitude. Mes impressions se résume à cette discussion avec ma mère via sms.

 

Ma mère : Tu es donc allé à Cuzco. Ca me fait plaisir. Superbe non ?

Moi : Ben ouais, c'est superbe, ça me fait un peu penser à Valpo. Mais je sais pas comment c'était en 1981, mais c'est devenu hyper touristique et hyper cher. Je crois que j'ai préféré Arequipa, même s'il n'ya rien a dire : Cuzco est plkus jolie. Juste que ça fait station balnéaire à 3300 m.

Ma mère : De mon temps on était que quelques gringos sac à dos, et c'était bien. Dans la montagne au dessus, une abuela très pauvre nous a donné deux patates cuites dans la braise.

Moi : Eh bien maintenant elle te poursuivrait partout en te réclamant du fric. Tu ne peux pas parler à un seul Cuzqueño sans qu'il y ait une histoire de fric derrière...

Ma mère : Trop triste j'y retournerai plus.

 

IMG_7884.JPG

 

Le seul Cuzqueño qu'on ait rencontré avec qui on a parlé simplement, sympathiquement, une vraie discussion désintéressée est un jeune Cuzqueño de 20 ans qui tient ce qui doit être le seul kebab de la ville. Super sympa, et ses kebabs sont super bons... Si vous y faites un tour je vous le conseille (il faut juste que je retrouve le nom de la rue).

Publié dans Voyages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
<br /> Hey !<br /> Je lis enfin tes articles de voyage, ça me rend hyper jaloux ! L'Amérique du Sud (oui je sais, je généralise mais bon) a l'air vraiment magnifique et vous êtes (étiez ?) tous les trois...<br /> Bref, fais-toi encore plaisir si ton stage n'est pas encore sur le point de commencer =)<br /> <br /> Miss you all 3 of you !<br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> Aha ca me donne envie daller a affabula pendant deux mois ca!dis ca vaut vmt le coup le cheval a atacama car on y est et on se décide sur quoi faire.tas paye cbien?quelle agence?cetait tte la<br /> journée? A tres vite hermano<br /> <br /> <br />
Répondre
Y
<br /> <br /> Et encore, j'ai pas encore tout mis mes témoignage... Le retour dans un bus avec des Péruviens d'en bas... C'était fou !<br /> <br /> <br /> On a fait la cabalgata pour 5 lukas l'heure (et deux heures). J eme souviens plus de l'agence... mais négocie un max ! Tu demandes à 5 tu devrais pourvoir trouvé.<br /> <br /> <br /> Mais fais-le, c'est génial. Moi qui n'aime pas les canassons, j'ai fait du triple galop !!!<br /> <br /> <br /> <br />